DSC05475a

     La Coccinelle est un véritable monument de l'Automobile. Sa fiabilité, ses lignes attachantes et son prix économique en feront un modèle populaire et dont le succès se mesure à quelques 21 529 464 exemplaires entre 1938 et 2003 !

 

Origines troublées

     Lorsqu'il quitte Daimler en 1931, l'ingénieur Ferdinand Porsche veut créer sa propre marque et lancer un modèle de voiture économique, simple et populaire. Le constructeur de moto Zündapp souhaite commercialiser une voiture populaire et fait appel au bureau d'études de Porsche qui amorce les prémices de ce qui deviendra plus tard une véritable icône de l'Automobile. Porsche s'oriente vers un moteur 4 cylindres refroidit par air, un châssis-poutre, des roues indépendantes et des barres de torsion.En proie à des difficultés financières, la marque Zündapp avorte le projet. Porsche trouve alors un soutient auprès de NSU pour continuer l'étude de son modèle mais ce dernier se retirera, ne voulant faire de l'ombre à son partenaire Fiat.

En 1934, Porsche obtient finalement l'aide du nouveau chancelier allemand qui a bien l'intention de faire de l'automobile allemande une véritable puissance industrielle, tout en démocratisant ce moyen de transport auprès du peuple. La marque Volkswagen (voiture du peuple) est créée et la voiture nommée KdF - "Kraft durch Freude" soit "la force par la joie" - est présentée en 1938. La Kdf est distribuée par le parti, 300 000 commandes affluent mais la production sera vite interrompue à cause de la guerre, pour produire la version militaire : la Kübelwagen. 

En 1945, à la fin de la guerre, l'usine est pratiquement détruite. La production redémarre lentement, d'abord pour équiper les alliés puis pour motoriser les fonctionnaires allemands. Les Allemands qui avaient déjà payé leur automobile avant le début du conflit reçoivent enfin leur exemplaire à partir de 1949. Entre temps la KdF change de nom pour la Type 1. 

 

Ligne extérieure 

DSC05461

     Ce qui rend la Coccinelle attachante, ce sont ses lignes rondes et douces. Celles-ci sont soulignées par des baguettes qui habillent la tôle galbée et lui donne plus d'éléngance. 

DSC05463

Tout au long de sa carrière, la Coccinelle concervera ses formes bombées et chaleureuses ainsi que ses marchepieds. Néanmoins les modèles suivants hériteront d'ailes plus rectangulaires. 

DSC05434

Ce modèle de 1959 est protégé par des parechocs chromés à renforts tubulaires. L'échappement se fait par deux flûtes.

DSC05456

De part et d'autre de la voiture se trouvent des flèches clignotantes rétractables pour indiquer les changements de direction. 

DSC05503

Côté conducteur, un feu de service a été ajouté pour les arrêts sur le bord de la route.

DSC05477

Derrière le parechoc, on retrouve une grille pour l'avertisseur. 

 

Vie à bord

DSC05450

     De grandes surfaces vitrées rendent l'habitacle lumineux et agréable. Sur la découvrable, on peut accroître la vue en ouvrant la capote en PVC qui coulisse simplement. Le coffre situé sous le capot n’est pas très spacieux mais il est complété par un espace de rangement derrière les sièges arrière.  

DSC05443

 Le volant arbore le blason de la ville de Wolfsburg où les Coccinelles étaient assemblées. 

 

Caractéristiques techniques

DSC05455

     Autre point fort de la Coccinelle : sa mécanique. Sa faible garde au sol et sa ligne aérodynamique participent à un confort et une tenue de route efficace. Côté suspension, la voiture repose sur de simples barres de torsion. Les roues sont entraînées par une boîte de vitesse non synchronisée de 4 rapports. La Coccinelle est propulsée par une 4 cylindres à plat de 1192 cm3 délivrant 34ch à 3800 tr/min et permettant d'atteindre sans problème les 115 km/h. Le moteur est placé en porte-à-faux à l'arrière, il s'affranchit donc d'un essieu et d'un arbre de transmission supplémentaire, réduisant ainsi le poids de la voiture à 760 kg. Pour stopper cette voiture légère, de simples freins à câbles suffisent. 

DSC05500

Sous le capot avant, on retrouve donc la roue de secours de 15 pouces et le réservoir de 40 litres.

DSC05476

 

La Coccinelle de Cédric

     Cédric est l'heureux propriétaire de cette jolie Coccinelle depuis plus de 5 ans. Il n'en est pas à son premier essai, par le passé il en a déjà eu un modèle de 1953 et un autre de 1968. Les voitures anciennes, il a baigné dedans toute sa jeunesse. Son père avait des Citroën AC4, B2, DS, une Peugeot 201, Renault 4CV, Fregate et même une Matra 530. 

DSC05431

Le choix de la Coccinelle n'est pas un hasard, bercé par le film "Un amour de Coccinelle" qui donne une âme à cette attachante petite voiture, il est devenu amoureux de cette auto. Avec celle-ci, il cumule en été les avantages du cabriolet et en hivers du confort de la Cox tôlée. Son modèle de 1959 est restauré et fiable. La caisse est peinte avec une teinte mate et patinée. 

Merci à Cédric de nous avoir fait découvrir sa Coccinelle.